L’envers et l’endroit d’Albert Camus – 4 juin 2019

index

Très intéressante discussion ce matin au sujet du premier livre d’Albert Camus, L’envers et l’endroit, écrit à l’âge de vingt-deux ans.. Nous avons tous pensé que ce livre, dans lequel Camus ébauche déjà toutes les idées qui seront par la suite développées dans son œuvre, est en quelque sorte le brouillon de son tout dernier livre, Le premier homme, auquel il travaillait au moment de sa mort. Il y évoque bien sûr sa mère, sourde et illettrée, l’angoisse qu’une telle destinée a fait naître en lui, mais aussi son profond amour pour la vie, le soleil, la Méditerranée… C’est un livre qui, malgré son écriture parfois maladroite, est intéressant à lire en parallèle du Premier homme.

Publicités

Arrête avec tes mensonges de Philippe Besson – avril 2019

index

Nous avons passé un bon moment ce matin à discuter de choses et d’autres, puisque de l’avis général le livre de Philippe Besson « Arrête avec tes mensonges » ne présentait pas d’intérêt particulier… Assez plat, l’histoire d’un amour d’adolescence entre deux jeunes garçons qui tourne court puisque l’un ne veut pas avouer son homosexualité bien que ce choix le poursuivra toute sa vie…. Le livre est largement autobiographique et il nous a déçus car l’auteur se contente d’un récit linéaire, sans dialogues, où les personnages sont décrits par leurs actions et non leurs sentiments…

Une poignée de gens – Anne Wiazemsky – 12 mars 2019

51qv90IrIaL._SX301_BO1,204,203,200_

Ce livre est partiellement autobiographique et se situe pendant la révolution russe. L’auteure, dont la famille s’est réfugiée en France, ne connait presque rien de l’histoire de ses ancêtres. Elle va découvrir le destin dramatique de sa famille par le biais de la lecture du  journal d’un arrière grand-oncle, un prince russe qui gère un énorme domaine agricole. Celui-ci est un homme intelligent et humaniste qui entretient de très bons rapports avec ses paysans. Il ne va cependant pas pouvoir arrêter la montée en puissance de la révolte et sera massacré par la foule.

Ce livre est intéressant car nous voyons la révolution du point de vue d’un propriétaire terrien de l’époque. Incrédule, celui-ci ne peut pas imaginer que son monde va bientôt s’écrouler et que les gens en qui il avait confiance vont se retourner contre lui. Le reste de la famille va se retrouver du jour au lendemain en exil aux quatre coins du monde, et l’auteure ne peut que constater que quatre-vingt ans plus tard rien ne subsiste de leur vie en Russie, à part ce journal qu’elle a découvert accidentellement.

Livre intéressant, qui a alimenté notre discussion sur l’exil, les révolutions, la folie destructrice des foules… Les changements de destinées aussi.

Pour ceux que cela intéresse, voici, sur le même sujet, un film qui a été réalisé pour le bicentenaire de la révolution française. Long, mais très intéressant et surtout bien documenté. Impartial aussi.

Les années Lumière (1ere partie)
https://www.youtube.com/watch?v=ZJsopmGu42M

Les années Lumière (2eme partie)
https://www.youtube.com/watch?v=Ku9clfoFukM

Les années terribles (I)
https://www.youtube.com/watch?v=cxfYPmSiMmU

Les années terribles (II)
https://www.youtube.com/watch?v=oTDgW85fLSU

Les racines du ciel de Romain Gary – février 2019

CVT_Les-racines-du-ciel_8203

Nous avons donc parlé des éléphants aujourd’hui….

De l’avis général, ce roman était long, trop long, bien qu’extrêmement intéressant à cause de tous les sujets d’actualité qu’il soulève… Il a été publié en 1956 et a reçu le prix Goncourt la même année. C’est en fait un des premiers romans qui traite de l’écologie puisque le personnage principal, Morel, va consacrer sa vie à la défense des éléphants d’Afrique qui sont décimés par les hommes. Morel va devenir un symbole d’humanité. Il sera suivi par plusieurs personnages du livre qui ont beaucoup souffert durant la guerre et se sentent maintenant seuls et désenchantés. Il va donc incarner pour eux l’homme qui aspire à surmonter son destin, à remettre un peu de justice dans la vie. Il a cependant de nombreux détracteurs, à commencer par les blancs amateurs de chasse, les contrebandiers, mais aussi les tribus locales qui utilisent principalement les éléphants pour se nourrir …. Son histoire va vite faire la une de la presse, certains le glorifiant mais d’autres le voyant comme un misanthrope qui s’intéresse aux animaux avant de s’intéresser aux hommes qui souffrent… Il va aussi être récupéré par le mouvement nationaliste naissant qui veut profiter de sa notoriété pour faire entendre sa cause ( A Paris, on pense que les troubles causés par Morel sont en fait un moyen pour le gouvernement local de camoufler des troubles plus grave dans la colonie…). Les nationalistes africains veulent en fait supprimer Morel et le présenter comme un héros abattu par les tueurs colonialistes….

Comme vous pouvez le voir, c’est une histoire très longue, mais très vraie aussi.. Livre très intéressant que je ne regrette pas d’avoir lu.

 

Isaac nous a envoyé une interview de Romain Gary dans lequel il répond aux gens qui critiquent sa manière d’écrire :

https://video.search.yahoo.com/yhs/search?fr=yhs-sz-001&hsimp=yhs-001&hspart=sz&p=Les+racines+du+ciel+Interview+de+Romain+Gary#id=4&vid=0af22c226de6e403353c0b8147b28344&action=click

 

Aussi un article qui explique qu’un nombre de plus en plus grand d’éléphants nait chaque année sans défenses, suite à une mutation génétique…

http://news.bbc.co.uk/2/hi/africa/180301.stm

Les Mots de Jean-Paul Sartre – 8 janvier 2019

sartre

Nous avons discuté ce matin d’un des derniers romans de Jean-Paul Sartre, Les Mots (paru en 1964), dans lequel il raconte son enfance jusqu’à l’âge de onze ans. Autobiographie assez complexe, dans laquelle nous avons retrouvé des thèmes déjà développés dans son œuvre. Le petit Jean-Paul, orphelin de père, est recueilli avec sa mère chez ses grands-parents maternels. Son existence devient la raison de vivre de cette petite famille recomposée, un huis-clos étouffant où il peine à affirmer sa vraie personnalité malgré tout l’amour qui l’entoure. Enfant surdoué et solitaire, il trouve dans la lecture, puis l’écriture, un échappatoire à ce vide existentiel qu’il ressent du fait même que son existence n’a pour but que de combler les attentes de sa famille.  Il se sent comme un imposteur qui joue la comédie de l’enfant imaginé par sa mère et ses grands-parents. Il explique que s’il avait eu un père il ne serait sans doute pas devenu écrivain. L’influence de son grand-père, homme érudit, féru de littérature mais aussi de caractère dominateur a sans doute été déterminante dans son existence. Le jeune Sartre n’a donc été (du moins dans cette partie de sa vie), que le jouet de la volonté des autres, et il dénonce l’imposture de sa vocation d’écrivain… Tout ceci est très complexe, exprimé par une écriture impeccable mais assez difficile à suivre parfois (du moins pour moi !..). Ceci est un livre à facettes multiples, à lire, et à relire…. 😊

La promesse de l’aube de Romain Gary – décembre 2018

41C6mJKeBPL._SX301_BO1,204,203,200_

Une exception aujourd’hui : tout le monde s’est accordé à trouver que le livre de Romain Gary, La Promesse de l’Aube, était très intéressant ! Nous avons apprécié le style fluide et impeccable, l’humour qui transparait à chaque ligne, les aventures drôles ou tragiques qui nous font revivre toute la première partie du vingtième siècle…  Un plaisir pour le lecteur ! Ce livre se présente comme une autobiographie légèrement romancée qui privilégie les rapports uniques que Romain Gary entretenait avec sa mère. Celle-ci, femme fantasque, possessive jusqu’à la violence, est obsédée par la réussite de son fils. Elle fait de lui le but ultime de sa vie, vivant elle-même dans l’abnégation et le sacrifice.  Tout ceci est très difficile à vivre pour Gary, qui, étouffé par cet amour obsessif, ne pourra jamais connaître le bonheur en dehors de la réalisation des désirs de sa mère. Alors que toute autre personne aurait pu plonger dans la dépression ou la folie, Romain Gary arrive, avec beaucoup d’humour, à nous démontrer comment cet amour extraordinaire l’a poussé à se transcender et à vivre malgré tout une vie extraordinaire. Très beau témoignage d’amour d’un fils pour sa mère, très beau livre….

Irène a trouvé une interview de Romain Gary au sujet de sa mère:
https://www.ina.fr/video/I14104478

 

Les Échelles du Levant d’Amin Maalouf – 6 novembre 2018

index

Maalouf, conteur extraordinaire, imagine la vie du petit-fils du dernier empereur Ottoman. Celui-ci va être obligé de quitter la Turquie pour le Liban lors du génocide arménien, puis se retrouver en France lors de la deuxième guerre mondiale avant de retourner au Liban et être malgré lui touché par le conflit israélo-palestinien… Tout ceci devient encore plus compliqué puisqu’il épouse une jeune femme juive… Nous avons discuté de l’histoire très compliquée du Proche-Orient où se mêlent idéologie et religion et où l’on trouve l’origine des conflits actuels… J’ai personnellement été déçue par la fin du roman, car le héros va souffrir de troubles psychiatriques qui le soustraient à la vie durant presque trente ans…. Cette partie, certes très intéressante, coupe court à la dimension historique du roman pour le ramener à une romance peu crédible (à mon avis.. 😊).. Comme d’habitude, j’attends vos commentaires..